bandeau
Retour à l'accueil Imprimer
secateur

La taille

” Pour moi, la meilleure taille c'est du 46 ! ”

Jean Kalb

La taille des arbres fruitiers est indispensable pour établir une harmonie entre la croissance d'un arbre et sa production.

La technique de taille permet de structurer l'arbre selon la forme adoptée. Selon le système choisi, il y aura plus ou moins d'intervertions au fil des saisons.

Nous allons résumer brièvement les différents types de taille. Pour plus de détails, nous ne pouvons que conseiller de suivre l'un des nombreux cours de taille proposés par les associations de producteurs de fruits. Vous trouverez certainement des cours à proximité, ouverts à toutes et tous, membres associatifs ou non.

Pour le Bas-Rhin, les dates et lieux des cours pourront vous être communiqués par la Fédération des Producteurs de Fruits.

Les opérations d'hiver

Ces opérations s'échelonnent durant toute la période du repos végétatif.

La taille à la plantation (ou habillage)

Elle consiste quasi exclusivement à diminuer les parties aériennes, typiquement en réduisant des deux tiers les branches. Les branches et les racines endommagées par l'arrachage du plant en pépinière, devraient présenter au final, un semblant d'équilibre.

La taille de formation

Elle donnera à l'arbre la forme souhaitée afin d'obtenir un sujet à la charpente équilibrée. Il s'agira d'éliminer toutes les branches superflues dès le départ.

Il est a noter qu'il y a une différence d'école entre Bas et Haut-rhinois au niveau de la taille : les Bas-rhinois taillent à trois branches charpentières, les Haut-rhinois à quatre !

La taille d'entretien

Elle prendra le relais de la taille de formation. Ce travail consistera à éliminer toutes les parties malades, mal positionnées, les doublons et autres pousses dysharmonieuses. Cette taille hivernale permettra donc d'éviter un enchevêtrement de la végétation et facilitera ainsi une meilleure pénétration de la lumière à l'intérieur des arbres.

La taille de fructification

Elle se fait simultanément avec la taille d'entretien. Il s'agit surtout de sélectionner les bourgeons floraux les mieux placés pour obtenir une récolte quantitative et qualitative satisfaisante, mais aussi pour assurer les récoltes à venir en essayant d'induire la transformation des productions normalement à bois en productions fruitières.

La taille de rajeunissement

C'est une taille pratiquée sur des sujets qui n'ont pas été régulièrement entretenus. Il s'agit de procéder à des opérations de rapprochement sur du bois jeune, afin de rééquilibrer l'arbre. L'objectif est de regarnir de bourgeons floraux, la partie basse et centrale de l'arbre, car les sujets laissés à l'abandon ne présentent presque exclusivement leurs fructifications qu'aux extrémités. On parle aussi de taille de ravalement ou de taille de restauration.

Les opérations d'été

Même avec des tailles d'hiver régulières, ces interventions sont utiles pour toutes sortes et formes d'arbres, voire nécessaires pour d'autres, notamment pour les formes dites savantes (formes en U, double U, tricroisillons, palmettes...)

Les ébourgeonnements

Comme son nom l'indique, il s'agit de supprimer tous les bourgeons en surnombre, afin d'espacer les futures pousses. Cette opération s'effectue de fin avril à début mai.

Les pincements

Il s'agit de sectionner au-dessus de la cinquième feuille (généralité théorique), les pousses trop vigoureuses afin de favoriser les organes à la base qui pourraient être pénalisés. Là encore, c'est une action surtout préconisée pour les formes dirigées. Cette opération s'effectue à la suite ou à la place des ébourgeonnements de mai à fin juin.

L'éclaircissage

Cette intervention est souvent requise si la chute physiologique des fruits n'a pas été assez sélective. Selon les variétés, ce travail se révèle plus ou moins indispensable. Cette opération permet d'obtenir plus de fruits de bon calibre et atténue le phénomène d'alternance.

La taille en vert

Cette ultime opération d'été est à effectuer courant juillet. L'objectif est de simplifier la taille d'hiver à venir en supprimant toutes les productions végétatives jugées inutiles. Cette taille permet aussi d'économiser les courants de sève, favorisant ainsi la mutation des yeux à bois en bourgeons à fruits.
De plus, cette action permettra une meilleure pénétration de la lumière qui favorisera aussi la mise à fruits pour l'exercice futur, ainsi qu'une coloration des fruits plus intense.

Retour à l'accueil

© Michel Adam - Ecrire au webmaster   MàJ : 01 Avril 2017 à 21H15  Déclaration CNIL n°1165649